Qu’est ce que l’osmose inverse ?

Il s’agit d’un procédé de séparation par membranes semi-perméables.

Zoom sur cette technologie de filtration de l’eau

On sait que si l’on sépare par une membrane semi-perméable deux liquides de concentrations salines différentes, une différence de pression s’établit de part et d’autre de la membrane, en relation avec la différence de concentration. L’eau traverse la membrane du compartiment le moins concentré vers le compartiment le plus concentré où la pression tend à s’élever. Ces membranes ne sont perméables qu’aux liquides et non aux corps dissous (sels minéraux, colloïdes) ou aux matières en suspensions (bactéries, virus, etc…).

 

Une pression (de 3 à 100 bars, selon la salinité de l’eau à traiter) est appliquée à l’eau qui, au contact de la membrane semi-perméable, se sépare en deux courants :

  • Le perméat (eau épurée) qui passe à travers la membrane,
  • Le concentrat, qui s’écoule à l’égout en entraînant l’ensemble des sels et matières retenues.

Pratiquement la membrane se présente sous la forme d’une feuille enroulée en spirale à l’intérieur d’un tube de pression muni de 3 raccordements (l’entrée et les deux sorties).

La qualité physicochimique de l’eau produite est contrôlée par un conductimètre.

La différence de pression entre les solutions de concentration différente constitue la pression osmotique ; elle peut atteindre des valeurs importantes, par exemple 35 bars pour l’eau de mer chargée de 35 g/l de sels dont environ 31 g/l de chlorure de sodium. Le phénomène d’osmose joue un rôle prédominent dans l’alimentation en eau des plantes et le métabolisme de toutes les cellules vivantes.

Inversement, si l’on applique à une solution aqueuse (ce que constituent, en fait, toutes les eaux naturelles) en contact avec une membrane semi-perméable, une pression supérieure à la pression osmotique correspondante, c’est l’eau pure qui traverse la membrane.

 

Il y a là une méthode de dessalement ou de déminéralisation qui offre le grand intérêt de ne mettre en œuvre que des moyens simples. Les recherches en cours portent sur l’accroissement du débit des membranes et sur l’obtention d’une efficacité supérieure à 99 %, de façon à limiter à moins de 250 mg/l, valeur généralement recommandée, la teneur en sels minéraux de l’eau produite dans de grandes installations.

L’utilisation de l’osmose inverse peut aussi être envisagée pour la production d’eau partiellement déminéralisée à partir d’eaux à faible salinité, continu et n’exigeant pas de réactifs de régénération, est particulièrement bien adapté à l’alimentation des climatiseurs, des petites chaudières, etc. L’imperméabilité des membranes aux bactéries, et aux divers corps organiques dont l’eau est de plus en plus polluée, rend l’osmose inverse particulièrement intéressante pour la production des eaux de fabrication dans l’industrie alimentaire.

L’entretien de l’osmoseur domestique

Il faut procéder par un nettoyage alterné des membranes avec des réactifs chimiques basique et acide.

Remplacer la membrane lorsque les limites de qualité d’eau ou de débit de production sont atteintes.